Problèmes étranges de sommeil

Généralement, tous les discours et publications scientifiques sur l’importance du sommeil pour notre santé nous encouragent à considérer le sommeil comme un aspect prioritaire de notre vie, à prendre davantage conscience de la nécessité d’un sommeil sain et à prendre conscience des conséquences négatives d’un sommeil inadéquat.

Est-il possible que cette attention accrue à l’importance du sommeil puisse elle-même causer de l’insomnie ou peut-être nous aider à la “perpétuer” ?
Le sommeil inadéquat est présent dans plus d’un tiers de la population et atteint une prévalence de 60 à 70 % dans certains groupes (par exemple, les adolescents/jeunes adultes et les travailleurs postés). En effet, il existe de multiples problèmes individuels et sociaux plus ou moins graves liés à un manque de sommeil. Cependant, l’insomnie en tant que trouble est estimée chez environ 5 à 15% des adultes. Une estimation approximative nous dit qu’environ deux fois plus de personnes ne dorment pas assez, non pas parce que le sommeil ne vient pas, mais parce qu’elles n’ont tout simplement pas assez de temps pour dormir. Pensez à la fréquence à laquelle nous entendons des phrases comme “qui a besoin de dormir pendant qu’il y a du café ? Et pensez à la fréquence (beaucoup moins fréquente) à laquelle nous entendons quelqu’un dire : “J’ai dit à mon patron que je ne pouvais pas respecter le délai parce que je devais m’assurer de pouvoir dormir suffisamment.

Le sommeil, en d’autres termes, est souvent considéré comme quelque chose de secondaire.
Pourquoi cela se produit-il ? C’est simple : au cours du dernier demi-siècle, par exemple, les effets délétères du tabagisme ont été bien reconnus d’un point de vue médical, juridique et social, alors qu’il existe encore une reconnaissance comparable des effets délétères du manque de sommeil dans la société en général. Mais pour un individu qui lutte contre l’insomnie, cette reconnaissance est fondamentale.

Le besoin de sommeil, tout comme le besoin de nourriture, varie d’un individu à l’autre et est étroitement lié au cycle de vie.
Prenez l’apport calorique et l’exercice, par exemple. Personne ne consomme 2 000 calories par jour tous les jours. La quantité d’exercice recommandée est très différente entre un jeune athlète qui se prépare pour une compétition et une personne d’âge moyen qui a récemment subi une fracture de la jambe. Le sommeil, en tant que fonction biologique, est similaire. Lorsque les gens demandent aux professionnels de la santé combien de sommeil est nécessaire, ils s’attendent souvent à entendre un seul chiffre qui doit être satisfait chaque nuit. Toutefois, la quantité de sommeil recommandée doit être imaginée comme une fourchette de valeurs pouvant varier en fonction de l’individu et de la situation.

Cette approche fondée sur la gamme permet également de reconnaître que l’objectif souhaité est réalisable grâce à des progrès réguliers plutôt qu’à des changements soudains. Bien que les bienfaits de l’exercice soient régulièrement décantés par les professionnels de la santé, il est conseillé à une personne ayant une jambe fracturée de ne pas faire d’exercice pour éviter de se blesser davantage. Le processus de guérison commencera par l’utilisation d’un plâtre, se poursuivra par une thérapie physique et ce n’est qu’ensuite que le programme d’exercices sera rétabli. De même, après une période aiguë de difficulté à dormir qui survient fréquemment (43% -50% des adultes signalent au moins un symptôme d’insomnie), une personne doit être consciente qu’essayer de trop dormir est délétère car cela entraîne de longues rechutes dans l’insomnie.

L’approche la plus sage consiste d’un médium pur, entre autres, à toujours se coucher à la même heure au lieu d’anticiper l’heure du coucher dans l’espoir que le sommeil arrive plus tôt et permette de récupérer le sommeil perdu la veille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

code