Conseils amoureux

La Saint-Valentin, les cœurs, l’égoïsme, les animaux en peluche, les dîners romantiques (avec un menu spécial) aux chandelles. Et puis les papillons dans l’estomac, les week-ends au spa, les fleurs de temps en temps, les bijoux offerts en cadeau, les dédicaces sur Facebook, les photos de deux personnes sur Instagram, les cohabitations, les fêtes de mariage qui ressemblent maintenant un peu à cette phrase de Fedez et JAx : “Ils ont pris la place d’une partie du corps et en fait c’est une compétition pour savoir qui a la plus grosse”. L’amour. Mais est-ce cela, l’amour ?

Les conseils du pape François.

Le pape François, qui n’est jamais pris au dépourvu par les grands concepts de la vie quotidienne, et au contraire, il y a trois ans, à l’occasion de la Saint-Valentin, il nous a donné quelques conseils pour se taire, afin de tenter de répondre à la question. Il avait alors rencontré 25 000 couples sur la place Saint-Pierre, et avait écouté les témoignages de trois d’entre eux. On suppose qu’ils étaient tous croyants et dans ce cas, catholiques, mais même s’ils ne l’étaient pas, Bergoglio a distribué des perles de sagesse universellement valables, aussi simples qu’il l’était habituellement, et pour cette raison encore plus vraies.

Premier point, contre la culture du provisoire. Nous sommes ici pour craindre que les différences de caractère, l’argent manquant, les chaussettes laissées traîner, le repas de Noël avec les proches et les différentes articulations discordantes de la vie quotidienne ne soient les fusibles d’une bombe destinée à exploser bientôt, avec une querelle, une séparation ou un divorce. Mais le pape François coupe court : “Il n’y a pas de femme parfaite ni de mari parfait, encore moins de belle-mère. Le problème est autre et s’appelle “culture du temporaire”, le refus, comme on dit à Bergame, de choisir la persévérance, la tentation très humaine de la percevoir comme une cage et une limitation. Choisir, au contraire, c’est la liberté. Être choisi, une opportunité pour l’amour. Vous ne dites rien.

Voir aussi : https://voyante.ch/comment-demander-quelquun-en-mariage/

Deuxième point, un travail d’artisan. Si vous faites partie de ceux qui comprennent l’amour à la hauteur de la situation, mais aussi un peu l’orgueil et les préjugés, avec toutes ces flatteries romantiques-dramatiques-florales, voici peut-être la suggestion la plus utile pour vous. Continuez à donner des fleurs, pour l’amour de Dieu, et à attendre le grand amour, mais revoyez l’architecture : les papillons dans l’estomac se fatiguent alors de battre des ailes, et pour marcher trois mètres au-dessus du ciel, au bout d’un moment, vous tombez par terre. Avec des mots sérieux : “L’amour n’est pas seulement un sentiment, un état psychophysique, mais une relation. Le sentiment va et vient, la relation reste (et on revient à la persévérance du premier point). Bergoglio dit : l’un est le sable, l’autre la roche. Et c’est ici que le Pape propose une toute autre structure : “S’aimer soi-même est un travail artisanal” à faire au jour le jour, en affinant la dextérité manuelle du geste, la patience. Savez-vous combien il faut de dévouement à un artisan pour donner forme à sa création ? C’est tout. Aimer, c’est construire à quatre mains. Une maison et non une cabane, éventuellement. “Le Seigneur bénira.”

Troisième étape, faites-vous plus homme et plus femme. Comme nous travaillons ensemble sur la maison, nous sommes également responsables les uns des autres. Que voulez-vous dire par là ? “Le mari est responsable de faire de plus de femme la femme, et la femme est responsable de faire de plus d’homme le mari. Pour grandir dans l’humanité aussi. C’est ce qu’on appelle grandir ensemble. Mais cela ne vient pas de l’air, cela vient de vos mains, de vos attitudes, faites grandir l’autre, travaillez pour cela”. Vous pensiez en avoir fait assez avec les points un et deux, n’est-ce pas ? Mais ce n’est pas le cas. Le message de Bergoglio est un message de charité : soyez patients, utilisez l’amour comme un remède et comme un développement. Embrassez tout et chaque jour, l’autre, comme un plant dont il faut prendre soin. C’est comme ça qu’on fait.

Quatrième point, divers conseils pratiques. Oui, mais en gros ? Le pape François n’est pas un manuel, il fait donc court, mais c’est à peu près tout. Et il choisit de faire une petite catéchèse en trois mots qu’il considère fondamentaux pour s’aimer et être ensemble : permission, remerciement et excuse. Le “Permis” est la demande aimable de pouvoir entrer dans la vie de quelqu’un d’autre avec respect et attention. Il faut apprendre à se demander : est-ce que je peux faire ça ? Aimez-vous que nous fassions cela ? Que nous prenions cette initiative, que nous éduquions nos enfants de cette manière ? Tu veux qu’on sorte ce soir ? En bref, demander la permission signifie savoir comment entrer dans la vie des autres avec courtoisie. Parfois, au lieu de cela, vous utilisez des manières un peu lourdes, comme certaines chaussures de montagne ! Le véritable amour ne s’impose pas avec dureté et agressivité… Et aujourd’hui, dans nos familles, dans notre monde souvent violent et arrogant, nous avons besoin de beaucoup plus de courtoisie”.

“Merci”. Il semble facile de dire ce mot, mais nous savons qu’il ne l’est pas. Mais c’est important. On l’enseigne aux enfants, mais on l’oublie ensuite ! Dans votre relation, et demain dans la vie conjugale, il est important de garder vivante la conscience que l’autre personne est un don de Dieu. Et dans cette attitude intérieure, dites merci les uns aux autres, pour tout. Et “excusez-moi” : “Dans la vie, nous faisons tant d’erreurs, tant de fautes. Nous les fabriquons tous. Peut-être qu’il n’y a pas un jour où nous ne commettons pas d’erreurs. Voici donc la nécessité d’utiliser ce simple mot. Nous apprenons à reconnaître nos erreurs et à nous excuser. “Désolé d’avoir élevé la voix” ; “Désolé d’être passé sans dire bonjour” ; “Désolé d’avoir été en retard” ; “Désolé d’avoir été si calme cette semaine” ; “Désolé d’avoir trop parlé sans jamais écouter” ; “Désolé d’avoir oublié”. Malgré cela, une famille chrétienne grandit. Nous savons tous que la famille parfaite n’existe pas. Nous existons, pécheurs. Jésus, qui nous connaît bien, nous enseigne un secret : ne jamais terminer une journée sans demander pardon. Il est de coutume que les mariés se disputent, mais ne finissent jamais la journée sans faire la paix ! Si vous ne finissez pas la journée en faisant la paix, ce que vous avez en vous, le lendemain est plus froid, c’est plus difficile”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

code